Magie amour : Les exercices ritueliques

Les exercices ritueliques

La pratique du retour affectif sur dagyde nécessite un certain nombre de préliminaires, pour ne pas dire de qualités particulières.

1- Tout d'abord, interviendront l’aptitude, la puissance, la volonté du mage ou de la magicienne.

2 – Secondairement, un certain nombre d'objets sera utile dans les cérémonies destinées à provoquer l'affection ou à tenter de faire revenir un amour envolé.

3 - Nous pourrions rajouter un troisième élément qui n'est pas directement impliqué dans le rituel. Il repose principalement sur la réelle volonté que possède le demandeur ou la demandeuse dans l'opération entreprise.

L'étudiant(e) va maintenant comprendre pourquoi les opérations vulgaires concernant "l'affection retrouvée" ne sont souvent que des caricatures impuissantes de la tradition.

Qualités spécifiques de la

Magicienne qui intervient

Trois éléments fondamentaux entrent en ligne de compte, en ce qui concerne la capacité à agir dans ce domaine.

A) Tout d'abord, nulle ne peut s'inventer magicienne, si elle ne possède pas des prédispositions particulières. Ces prédispositions sont en général familiales, pour ne pas dire génétiques. Aussi étonnant que cela puisse vous sembler, il existe des lignées de magiciennes. Si vous-même désirez entreprendre une démarche afin d'augmenter vos pouvoirs personnels, ou pour être directement initié à la haute tradition magique, commencez par étudier vos propres ascendants. Posez-vous les questions suivantes :

  • Vos parents possèdent-ils de la sensibilité, du magnétisme, ou un don particulier ?

  • Vos grands-parents avaient-ils des qualités analogues ?

  • Existe-t-il, dans votre famille, des histoires concernant les capacités occultes (magnétisme, guérison, sorcellerie, envoûtement, etc.) de vos aïeux ?

  • Vous-même, possédez-vous une certaine intuition, voire un peu de médiumnité ?

B) Dans un deuxième temps, la magicienne devra être initiée par un maître, possédant tous les arcanes de la haute tradition. Cette initiation concerne l'utilisation des rituels, ainsi que la transmission des pouvoirs permettant de rendre opérationnelles les cérémonies en question. Cette notion est peu abordée dans la littérature classique.

La plupart des livres traitant de magie amoureuse donne des recettes de cuisine qui seront la plupart du temps inefficaces. Même si les recettes en question sont issues d'une véritable tradition, tant que vous n'aurez pas reçu l'autorisation rituelle de vous en servir, elles ne seront que faiblement actives.

Il ne viendrait à personne l'idée de pratiquer le rituel de la messe chrétienne sans avoir été ordonné prêtre. Or qu'est-ce que l'ordination d'un prêtre ? C'est simplement la transmission du pouvoir « de la capacité à célébrer une messe ». Sans cette transmission, celui qui pratique le rituel n'est qu'un acteur de théâtre impuissant. C'est l'ordination qui donne le pouvoir de faire.

Concernant la haute tradition, c'est exactement la même chose. Sans la transmission du pouvoir, le rituel reste inopérant.

Comment se déroule cette transmission ?

Les traditions sont unanimes à ce sujet. Tous les pouvoirs, qu'ils soient de nature religieuse ou de nature opérative, se sont toujours transmis de la même manière :

  • par l'imposition des mains (voir l'onction d'huile sur certains points précis du corps),

  • accompagnée des paroles rituelles traditionnelles.

Cette transmission représente l'autorisation occulte officielle, que reçoit le (ou la) nouvel(le) initié(e) à l'utilisation d'un ensemble de rituels précis (exemple : l’envoûtement d’amour). Dans la tradition, les paroles et les rituels d'initiation sont toujours accompagnés d'une imposition des mains.

Bien sûr, comme dans toutes les traditions opératives, il y a plusieurs niveaux d'initiation. Cela va du grade de néophyte (qui signifie étymologiquement « nouvelle plante »), à celui de Maître. Que ceux et celles qui se sentent déjà l'âme d'un mage ou d'une magicienne bénéfique n'hésitent pas à nous contacter. Attention toutefois, cette voie de pouvoir est difficile et demande de la persévérance ainsi qu'une grande volonté. En effet, les pouvoirs magiques ne se donnent pas, ils s’acquièrent au prix d'un travail personnel.

C) Cela nous conduit maintenant à vous parler du troisième point fondamental que doit posséder toute intervenante dans le domaine sentimental. Il s'agit du travail personnel et énergétique que doit entreprendre toute initiée. Les qualités d'opératrice s'acquièrent par un entraînement long et avec persévérance. Etre doué au départ est préférable, mais non indispensable. Recevoir la transmission des pouvoirs liés à la tradition est nécessaire, mais insuffisant pour accéder à la véritable puissance.

  • La première chose que doit réaliser l'apprenti(e) est de se débarrasser de son vernis social et culturel. Un mage bon chic bon genre et très « coincé » n'existe pas ! Le premier travail sera donc d'éliminer progressivement les blocages, les tabous, les peurs, les craintes, toutes les choses qui provoquent le conditionnement négatif de l'individu.

  • Puis, l'apprenti(e) devra pratiquer intensément un entraînement rituel lui permettant d'accumuler avec force de nouvelles énergies. Il est souvent question de captation des puissances du Dragon. Ce Dragon, souvent cité par le monde chrétien comme étant négatif, n’est en fait que l'énergie terrestre disponible. Ce magnétisme planétaire est la source inépuisable de force, dans laquelle doit puiser tout mage ou toute magicienne compétente. Cette accumulation d'énergie se pratique à l'aide de rituels quotidiens. Au bout de plusieurs mois d'entraînement, la nouvelle magicienne sent ses propres forces augmenter. Au bout d'un an, elle est capable d'obtenir des effets magiques de premier niveau. Les années passant, l'accumulation d'énergie étant continuée régulièrement, les puissances développées permettent à la magicienne d'utiliser des rituels de niveau supérieur. Au bout de quelques années, accompagnées des transmissions correspondantes, elle est capable de pratiquer des cérémonies sur statuettes d'une très grande force.


Quelques règles générales concernant

les opératrices et les opérateurs



En dehors de ce que nous venons de dire, la pratique de la haute magie est définie par un mode de vie particulier. Les premières règles à respecter impérativement découlent naturellement de l'utilisation des énergies subtiles.

Qualités physiques

La future magicienne et l'étudiant opérateur devront être physiquement en bonne santé. Un degré élevé de résistance biologique est indispensable à la pratique de l'envoûtement d'amour et du retour d'affection. En effet, ce type de travail demande une importante dépense d'énergie, tant physique que psychique.

La pratique d'un sport, sans aller jusqu'à la compétition, est quasiment indispensable. La consommation d'alcool, de tabac, de drogue, d'antidépresseurs, etc… est totalement interdite. Une nourriture équilibrée est également nécessaire à la production d'une force nerveuse suffisante. Toutefois, nous déconseillons aux végétariens la pratique de la magie opérative. Ce régime, utile pour un moine qui désire s'élever spirituellement, affaiblit les puissances magnétiques de l'individu, le privant alors de sa pleine capacité d'action magique.

Qualités psychiques

Les rituels de type affectif sont très éprouvants pour le système nerveux en général. Toutes les personnes atteintes de névroses, même légères, devront s'abstenir impérativement. Le pire des cas, dans la pratique des rituels, est celui de la dépression nerveuse. Si à cause du départ de votre mari, de votre amant, de votre femme. vous êtes dans un état dépressif, il vous est fortement conseillé de ne jamais pratiquer vous-même ce type de cérémonie. En effet, la quantité de force nerveuse que vous dépenseriez lors de la pratique d'un retour affectif, risquerait de vous affaiblir davantage et de vous mener tout droit à l'hôpital.